La nutrition, ce n'est pas que la minceur...
Savoir Maigrir
👨‍🏫 📖 Je viens d’écrire un livre sur le Mieux Manger dans la collection Pour les Nuls. Il vient de sortir mais regardez, la vidéo est déjà disponible => 🎥
Chère BienMangeuse, cher BienMangeur,
À travers ce nouveau livre. je veux vous montrer à quel point il est bénéfique de manger sainement, mais Mieux Manger, ça veut dire quoi ?

Eviter les plats industriels, privilégier les fruits et les légumes de qualité, ainsi que les légumineuses et les céréales complètes, limiter votre consommation de viande, de sucre et de sel... Ok, ça on l’entend tous les jours mais ça ne suffit pas.

Alors voici comment mettre cela en oeuvre, et surtout pourquoi ! On n’est pas des moutons non plus :)

Que ceux qui pensent savoir bien manger me lise la 1ere page !

Que ceux qui pensent savoir bien manger me lise la 1ere page !

Voir la vidéo
Pour lancer notre conversation, je vais vous poser une question simple : pourquoi mange-t-on ? Faites une pause et réfléchissez quelques secondes... Je vous laisse tranquille.

On mange pour se faire plaisir. Certes. On mange aussi “pour vivre”. Surtout, on mange pour que le corps fonctionne : la nourriture est le carburant de notre organisme. Mais pas seulement...


Votre corps, une mécanique qu’il faut bien huiler


Vous savez bien que si vous mettez du sans-plomb dans une voiture de course, le moteur ne pourra pas accomplir ses meilleures performances et il finira par s’user plus vite. Dommage, n’est-ce pas ? Et ce sera encore pire si vous remplacez l’essence par du diesel…

Dites-vous que votre corps est une voiture de luxe, très complexe, aux systèmes très élaborés, et qu’elle mérite l’essence la plus chère. Et dites-vous aussi que, si vous souffrez d’une pathologie particulière (diabète, cholestérol…), un carburant “non compatible” va immédiatement détériorer votre moteur.

Ça me rappelle une histoire justement, celle de Patricia, comme vous, une personne active et déterminée et que la vie a mise face à certaines difficultés :

Suite à un déménagement et un changement d’alimentation, Patricia, une patiente que je n’avais pas vu depuis quelque temps, s’est retrouvée “au ralenti”. Tout son organisme était fatigué, je vous raconte brièvement.

Quelque temps après s'être installée aux Etats-Unis, Patricia était souvent mal portante, avec des maux de ventre et de la fatigue. En fait, elle avait perdu ses repères et son alimentation avait changé malgré elle : sa pause déjeuner était passée de la quiche avec une salade aux produits de fast-food aux quantités démesurées. Et le soir, son mari et elle allaient souvent au “resto du coin” qui variait entre Tex Mex et Steak House

Que s’est-il passé en elle ? :

•  son alimentation était beaucoup plus grasse qu’avant et son corps se fatiguait à traiter tout ce gras pour tenter de s’en débarrasser,
•  elle avait diminué de ⅔ sa consommation de légumes, se privant ainsi de leurs fibres et de leurs nutriments (calcium, magnésium, vitamines et minéraux),
•  oublié le poisson, sa consommation de viande avait triplé,
•  plus de yaourt, mais beaucoup de glaces et soda…

Sa voiture de course était soudain alimentée avec de l’huile de moteur. Avec les conséquences logiques de fatigue et de prise de poids.


Plus qu’un carburant, l’alimentation nous construit


Mais j’ai envie d’aller plus loin que ça : en plus de faire fonctionner le corps, notre alimentation le construit. Prenons une autre image : pour construire un immeuble, on peut opter pour des matériaux bas de gamme ou leur préférer au contraire des matériaux de qualité, choisi avec soin. Ils seront certes un peu plus chers, mais la stabilité et la durée de vie de l’ouvrage s’en ressentiront.

Or, de même que des joints mal faits vont provoquer des fuites, de mauvaises peintures vite s’écailler, une alimentation pauvre en nutriments affaiblira les systèmes du corps (cardiaque, digestif…), voire l’endommagera : trop de graisses animales provoquent à terme du cholestérol, qui induit des problèmes cardiovasculaires ; une nourriture trop riche en calories conduit à l’obésité.

Une alimentation bénéfique pour la santé, à visée aussi bien préventive que curative, jouera donc sur ces deux leviers : réduire ou éviter certaines catégories d’aliments, en privilégier d’autres. C’est tout ce que j’explique dans ce nouveau livre.


Une question d’équilibre


Tout le monde s’accorde à dire que les légumes sont parmi les aliments les plus sains au monde. Ce qui est prouvé. Beaucoup de médecins seraient d’ailleurs bien inspirés de les recommander en priorité à leurs patients atteints de cholestérol, au lieu de prescrire d’emblée un traitement chimique.

Cependant, beaucoup de conseils en nutrition invitent aujourd’hui à se détourner des produits d’origine animale (viande, œufs, laitages), au profit d’une alimentation riche en végétaux et en aliments non raffinés

Plus les aliments sont naturels et plus ils sont bons pour la santé ?

Plus les aliments sont naturels et plus ils sont bons pour la santé ?

Voir la vidéo
Si l’on ne peut que confirmer l’intérêt de limiter drastiquement sa consommation de produits industriels (trop gras, trop sucrés, trop transformés, pauvres en nutriments et riches en additifs, conservateurs, colorants et autres parfums de synthèse potentiellement toxiques pour l’organisme en plus de lui être inutiles), pourquoi faudrait-il éliminer totalement les protéines animales ? Elles sont très utiles et notre corps en a besoin, à condition de les consommer sans excès !

Quant aux céréales et aux légumineuses, la quête éperdue de la minceur dans notre monde moderne les a diabolisées, alors qu’elles fournissent la moitié de l’énergie nécessaire à notre corps. À condition de savoir les choisir !

Ma mission, c’est de vous faire trouver un équilibre entre ces diverses catégories alimentaires. Dans ce nouveau livre qui vient de paraître, vous découvrirez les bienfaits et défauts de chaque catégorie.


Quand l’alimentation protège notre ADN


On sait aussi désormais que l’influence de notre alimentation sur notre santé et notre bien-être est bien plus importante et étendue qu’on ne le soupçonnait. La recherche a ainsi montré que les aliments ne se contentent pas d’apporter du carburant à notre corps pour lui permettre de fonctionner, mais qu’ils agissent aussi au niveau cellulaire.

Certains permettent de prolonger la vie des cellules, d’autres de les réparer, et ils jouent même un rôle sur l’ADN, pour freiner son altération. De quoi vous motiver pour poursuivre la lecture de cette Lettre !

Mais cette action à la fois protectrice et réparatrice, et je le précise bien dans le livre, aucun régime restrictif ne peut la mener à bien. Pour une fois, toutes les études le confirment : seul un régime alimentaire véritablement “sain” peut agir sur la longévité.

Avant de découvrir le livre, regardez la vidéo !

Avant de découvrir le livre, regardez la vidéo !

Voir la vidéo
Un tel régime ne joue pas sur des interdits, mais se fonde sur un apport équilibré des différentes catégories d’aliments pour répondre aux besoins de l’organisme.

Vous verrez qu’il privilégie les végétaux riches en antioxydants ainsi que les céréales complètes et les légumineuses, pour un apport calorique suffisant ; mais il comprend aussi de bonnes matières grasses ainsi que des protéines animales en quantité limitée (sauf, bien sûr, pour nos amis végétariens et végétaliens).

Par ailleurs, bien choisi et consommé sans excès, l’alcool a aussi sa place dans un tel programme, car il possède quelques vertus. Comme vous pouvez le voir, aucun aliment n’est diabolisé, et cette variété permet de conserver le plaisir de manger, indispensable à notre bien-être général. Vous le savez, c’est un peu ma “marque de fabrique” :).

Si nos choix alimentaires peuvent nous aider à rester en forme plus longtemps, ils ont aussi la capacité de prévenir certaines pathologies graves. Vous avez peut-être entendu parler de l’alimentation anticancer ? Vous êtes dubitatif ? Vous ne devriez pas...

Ma prescription : 3 antioxydants, matin, midi et soir :)

Ma prescription : 3 antioxydants, matin, midi et soir :)

Voir la vidéo
Ce n’est pas une lubie ! Certes, on ne peut pas guérir d’un cancer en changeant simplement son alimentation, mais de très nombreuses études ont prouvé l’efficacité de certains aliments sur certains types de cancers, leur capacité à “ciblerles cellules cancéreuses et à aider à freiner leur développement et même leur récidive.

Tout cela est vrai, mais il ne suffit pas de manger un seul type d’aliment : il faut en combiner plusieurs, les consommer régulièrement et varier souvent. Ainsi, la consommation de certains aliments serait liée à l’apparition de certains cancers et inversement, cibler des aliments potentiellement protecteurs permettrait d’éviter certains types de cancers.

Le Dr Michael Greger l’explique en détail dans son livre Comment ne pas mourir1. Les chromosomes possèdent tous, à chacune de leurs extrémités, des télomères, sortes de petits embouts qui évitent que les brins d’ADN ne “s’effilochent”.

Or, les télomères raccourcissent avec l’âge, mais aussi sous l’action du stress ou de l’inflammation. Quand les télomères deviennent trop courts, ils ne jouent plus leur rôle protecteur, ce qui précipite la détérioration et la mort des cellules.

Si les cancers en phase terminale déclenchent la réduction des télomères, l’inverse est encore plus vrai : une érosion importante des télomères ouvre la porte à la production des cellules cancéreuses !

Bien que des études aient prouvé qu’un régime pour perdre du poids ou un programme sportif intensif n’avaient aucun effet sur la longévité des télomères, il a également été démontré que la qualité du régime alimentaire pouvait influer sur leur longueur, donc sur la durée de vie des chromosomes, et prévenir ainsi certaines pathologies ou en limiter la progression.

Une bonne alimentation protège vos chromosomes du vieillissement

Une bonne alimentation protège vos chromosomes du vieillissement

Voir la vidéo
En quelques mois, un régime à base de céréales complètes, de légumes et de fruits choisis pour leurs actions sur la santé peut booster de manière significative l’activité des télomères.

L’alimentation anticancer n’est donc plus un mythe !

Apprenez à faire vos choix alimentaires en connaissance de cause, pour votre bonne santé et celle de vos proches, c’est ce que vous découvrirez à la lecture de ce nouvel ouvrage.

Votre bien dévoué,
signature

1Comment ne pas mourir, Michael Greger et Gene Stone, trad. Véronique Gourdon, éd. Belfond, coll. “L’esprit d’ouverture”, 576 pages, avril 2017.

FACEBOOK Youtube Instagram
Par où faut-il commencer pour commencer à maigrir ?
Suivons les 4 étapes suivantes.

Étape 1 : Faites votre Analyse minceur gratuite
Étape 2 : Suivez nos conseils tous les jours sur FB, IG, YT, TW ou suivez gratuitement une consultation sur Youtube.
Étape 3 : Commencez à perdre du poids le lundi suivant : objectif -2 kilos la première semaine !
Vous aimerez aussi :
- Effet Yoyo, pourquoi regrossit-on apres un regime ?
- Révélation : Les Secrets de la Pyramide... Alimentaire !
- Carences alimentaires : ça vous concerne aussi ?
- Anneau, Bypass & Sleeve : qui a besoin de la chirurgie pour maigrir ?
- #STOPOBESITE - Rejoignez l'aventure pour, d'ici 10 ans, faire chuter la courbe de l'obésité

Pour consulter toutes les archives des Lettres d'Information, cliquez ici.

Pour maigrir et manger mieux, vous ne serez jamais seul(e).

Pour nous contacter à propos de cette Lettre ou du programme, composez le 04 81 09 04 30 - coût d'un appel local, du lundi au vendredi de 9h à 18h.

© 2018 Aujourdhui.com/Anxa Limited.
Tous droits réservés.